EZSCAN ET SUDOSCAN

EZSCAN

EZSCAN permet le dépistage précoce des complications nerveuses périphériques et donc du risque de prédiabète/diabète chez les personnes prédiabétiques/diabétiques qui s’ignorent.

Comment ça marche ?
 
Le dépistage du prédiabète/diabète repose actuellement sur la mesure de la glycémie à jeun dont nous connaissons la faible sensibilité avec un nombre important de faux négatifs.

EZSCAN utilise quatre électrodes indépendantes placées sur des parties du corps ayant une densité élevée de glandes de sueur (paumes des mains et plante des pieds). Il mesure la faculté des glandes sudoripares à libérer des ions de chlorure en réponse à une activation électrochimique. Il s’agit d’un test dynamique équivalent à une épreuve d’effort [1].

L’information est donc utilisée pour déterminer le risque cardiométabolique du patient. Une faible tension d’amplitude variable est appliquée aux électrodes sur la peau, et la différence du potentiel électrique causé par la réaction électrochimique sur ces électrodes est mesurée.
 
Un score de risque tenant compte des conductances mesurées et les données patients (taille, poids, âge) est calculé.
 

Les résultats EZCAN

Normal (vert) : pas d’anomalie des petites fibres innervant les glandes sudorales. Mode de vie apparemment optimal et, a priori pour l’instant, pas de risque de maladie métabolique ou de diabète.

Intermédiaire (jaune) : légère dégradation des petites fibres innervant les glandes sudorales. Déséquilibre métabolique probable, commençant à avoir des conséquences fâcheuses. Mode de vie a priori pas optimal. Sans changement du comportement, risque accru de développer un diabète ou un syndrome métabolique dans les années qui viennent.

Anormal (orange) : dégradation des petites fibres innervant les glandes sudorales. Déséquilibre métabolique probable (syndrome métabolique débutant ou prédiabète) ayant un retentissement non négligeable. Mode de vie a priori pas adapté. Sans changement du comportement, risque important de développer un diabète ou un syndrome métabolique dans les années qui viennent.

Clairement anormal (rouge) : nette dégradation des petites fibres innervant les glandes sudorales. Déséquilibre métabolique probable ayant des conséquences importantes.

[1] Hubert at al. Abnormal electrochemical skin conductance in cystic fibrosis. Journal of cystic fibrosis. 2010;10(1):15-20

SUDOSCAN

SUDOSCAN permet de détecter et de suivre les neuropathies autonomes et périphériques chez les patients diabétiques.

Comment ça marche ?

La neuropathie diabétique autonome est une complication sérieuse et fréquente du diabète pouvant impliquer tout le système nerveux autonome. Elle précède souvent d’autres complications et se manifeste par le dysfonctionnement d’un ou plusieurs systèmes : cardiovasculaires, gastro-intestinaux, digestifs, urinaires, oculaires ou sudomoteurs.
 
SUDOSCAN évalue les fibres nerveuses du système nerveux périphérique qui innervent les glandes sudoripares. Il mesure la capacité des glandes sudoripares à libérer des ions chlorure en réponse à un stimulus électrochimique sur les paumes des mains et la plante des pieds, les zones à plus forte densité de glandes sudoripares en utilisant quatre électrodes indépendantes placées sur les paumes des mains, plantes des pieds qui ont une densité élevée de glandes sudoripares.
 
Les résultats des tests SUDOSCAN peuvent être utilisés comme indicateurs pour les patients à risque d'un dysfonctionnement autonome grâce à la mesure de la conductance électrochimique de la peau (ESC) et l'asymétrie observée entre le côté droit et gauche.
 
SUDOSCAN a été testé pour évaluer les neuropathies des petites fibres nerveuses dans plusieurs maladies et comparé aux tests de référence préconisés dans : le diabète, Parkinson, polyneuropathie induite par chimiothérapie, polyneuropathie amyloïde familiale, maladie de Fabry.

Analyse de conductance et du score de neuropathie d’un patient diabétique (Conductance élevée : pas de dysfonctionnement de la fonction sudorale et donc pas de neuropathie / Conductance basse : dysfonctionnement de la fonction sudorale et donc présence de neuropathie

Les résultats de SUDOSCAN

Normal (vert) : pas d'anomalie des petites fibres innervant les glandes sudorales. Le traitement semble bien adapté et équilibré.

Intermédiaire (jaune) : légère dégradation des petites fibres innervant les glandes sudorales.

Anormal (orange) : dégradation des petites fibres innervant les glandes sudorales. Un suivi plus attentif du diabète est nécessaire.